samedi 28 septembre 2013

La marmite norvégienne

:Encore un truc de bobo?

Si cela y ressemble à première vue, mais très vite l'utilisation de la marmite norvégienne confirme tout ce que j'ai pu en lire, notamment sur le blog de Mireille Saimpaul : un outil indispensable dans toute cuisine.

Alors, pour finir, quésako, cette marmite norvégienne? ou encore marmite suédoise?
Pour tous les détails, je vous renvoie au site de Mireille ou aux deux liens ci-dessus, je vais pas réécrire tout cela ici.

En gros, c'est une marmite isolée dans laquelle on pose la casserole pour terminer la cuisson des plats à mijoter.

Pourquoi?

Parce que c'est économique à  l'usage : elle ne consomme pas d'énergie extérieure.

Parce que c'est pratique : le plat qui mijote ne risque pas de brûler et peut être abandonné à son propre sort : les mamans voient très bien ce que je veux dire.

Parce que c'est écologique : économie d'énergie veut aussi dire plus respectueux de l'environnement.

Parce que c'est pas cher : contrairement à pas mal d'équipements pratiques, la marmite norvégienne peut être fabriquée maison avec des matériaux de récupération.


Parce que c'est facile : pas besoin de s'appeler Léonard de Vinci pour la fabriquer, ni d'être ingénieur pour pouvoir l'utiliser : la première utilisation se révèle concluante à tous les coups.

Bon, ben maintenant au boulot! (ben oui, désolé, mais pour la marmite norvégienne, si elle travaille toujours toute seule, il faut quand même la fabriquer, et entamer la cuisson du plat avant de la confier à la marmite.

Chacun est libre de procéder comme bon lui semble, et surtout avec ce qu'il trouve sous la main, du moment que l'on respecte les principes suivants :
- un contenant suffisamment grand pour contenir votre casserole en fonte, et qui ferme.
- de quoi isoler l'espace laissé entre la casserole et les parois de la marmite norvégienne : cela peut être de la laine, des coussins, ou tout autre isolant.
- un matériau réfléchissant est facultatif, mais améliorera la performance.

Ma version à moi n'est peut-être pas hyper éco/écolo, et n'est pas faite de matériaux très nobles, mais j'ai choisi des matériaux parfaitement lavables.
- un box de transport de produits congelés que les professionnels de la restauration doivent utiliser pour transporter leurs achats en grandes surfaces (style Metro/Makro)
- isolant : des restes de styrodur, isolant rigide en matière synthétique
- réfléchissant/isolant : plastibulle aluminisé

Le choix de ces matériaux me permet, une fois la cuisson terminée, de tout essuyer (car il y a beaucoup de condensation) et de tout ranger directement. C'est un choix personnel critiquable, en plus, ce n'est pas aussi joli que celles que l'on peut trouver chez d'autres, faites dans des coffres ou paniers en osiers et autres.

Voici donc ma marmite norvégienne :





Utilisation :

Débuter la cuisson du plat comme d'habitude.
On utilise une casserole en fonte car c'est celle qui garde le mieux la chaleur, et elle chauffe aussi très fort.
Cuire un certain temps : alors là, vous allez me dire, c'est malin! Vous trouverez à l'usage très vite la durée optimum. Plusieurs calculs sont disponibles sur Internet, mais comme la performance de votre marmite norvégienne est unique, couplée à votre casserole, vous seul serez à même d'évaluer cette durée de pré-cuisson et de cuisson dans la marmite.
En effet, à la question : "Combien de temps mets la casserole à refroidir dans la marmite norvégienne une fois que la casserole est posée dedans?" La réponse est : "un certain temps" (hihi, j'adore le fût du canon).
Ensuite, mettre la casserole dans la marmite, bien couvrir et refermer. Attendre la fin de la cuisson : là on peut même ne pas être hyper-ponctuel, puisque rien ne risque de brûler, on peut abandonner la cuisine pour d'autres cieux... aucun risque!

Je me souviens avoir vu quelque part que l'on pouvait y faire les yaourts aussi, en toute logique ce devrait en effet être possible. Je n'ai pas encore tenté l'expérience, je n'en jugerai donc pas ici. Peut-être une autre expérience un de ces jours...


Sinon en cuisson classique, j'ai déjà procédé à quelques essais... lapin aux pruneaux, poulet, carbonnades,...
et je n'ai jamais été déçue ni par le procédé ni par le résultat.
... que du bonheur...à la norvégienne!

Ah oui! J'oubliais de vous conseiller, sans vous ruiner, une bonne lecture à petit prix : "La marmite norvégienne" de Mireille Saimpaul
Disponible ici :

sur le site www.marmite-novegienne.com

Une fiche technique, mise à jour par Cerise :
http://www.onpeutlefaire.com/marmite-norvegienne

4 commentaires:

  1. Bravo Lyse, tu as très bien résumé et si ta Marmite (comme les miennes d'ailleurs) n'est pas aussi jolie que certaines Rolls bricolées par des pros, au moins elle, elle sert ! Ravie de constater que la MN compte une convaincue de plus :-))

    RépondreSupprimer
  2. Merci, 'est encourageant.
    Je vais tester les yaourts c'est' intéressant de ne pas consommer d'électricité pendant 10 heures...

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour les liens Lyse, je n'étais pas revenue depuis.
    Alors ces yaourts ?

    RépondreSupprimer
  4. Je dois recommencer l'expérience, mais je pense que l'erreur vient de moi, je dois avoir trop chauffé le lait... bref, c'était du bon yaourt à boire... Mais je ne m'avoue pas vaincue, je recommencerai!

    RépondreSupprimer